Réflexologie plantaire

Il existe plusieurs types de réflexologie : la réflexologie plantaire (aux pieds), la réflexologie palmaire (aux mains), la réflexologie faciale et crânienne (le Dien Chan), la sympaticothérapie (stimulation de zones réflexes dans le nez, à l’aide de stylets) et l’auriculothérapie (oreilles).

 

La réflexologie est une discipline médicale non conventionnelle, de type massage. Elle repose sur le postulat selon lequel chaque organe, glande, partie du corps ou fonction physiologique correspondrait à une zone ou un point sur les mains, les pieds ou les oreilles. Un toucher spécifique appliqué sur ces zones permettrait ainsi de localiser les tensions et de rétablir l’équilibre du corps. Pour ses praticiens, la réflexologie libérerait les facultés d’auto-guérison de l’organisme et permettrait de soulager divers troubles sans traitement médicamenteux. Cette technique manuelle se place dans une approche « énergétique » et globale du corps et s’apparente en cela au shiatsu, à l’acupuncture ou à l’ostéopathie. Son efficacité n’est pas scientifiquement démontrée pour toutes les conditions médicales.

Selon les partisans de la réflexologie, les troubles de santé passés (troubles chroniques, organes congestionnés) seraient détectés par la présence de cristaux qui seraient à l’origine d’une sensation spécifique sous le doigt.

Quelle que soit l’école, avant de traiter localement les différents systèmes du corps (urinaire, lymphatique, nerveux, cardiovasculaire, etc.), il convient pour débuter la séance d’effectuer une « écoute des pieds », qui permet de définir par quel pied il convient de commencer. Ensuite, après avoir effectué les techniques de bien-être – qui comprennent : prise en main, déverrouillage articulaire, lissage et pétrissage-, le traitement peut débuter. Pour disperser les « cristaux », trois manœuvres sont possibles : le lissage simple du pouce, le lissage avec pression et la chenille. La chenille consiste en une succession de pressions rapides et ciblées effectuées avec la pulpe du pouce. Le but de cette réflexologie américaine (Ingham) est de drainer les toxines accumulées sur une zone ciblée. Enfin, il est conseillé de terminer sa séance par une série de manœuvres unifiantes et apaisantes

Un point réflexe très douloureux représenterait un organe en hyper-fonctionnement ; il est massé de l’intérieur vers l’extérieur de la zone, ce qui aurait pour effet de calmer l’organe. Le reste du temps, il est pratiqué un massage des points réflexes de l’extérieur vers intérieur de la zone, ce qui aurait pour effet d’activer les organes. Une zone ou un point réflexe douloureux n’est pas obligatoirement l’indication de ce qu’un organe cible est en « hyper-fonctionnement ». Ces zones réflexes douloureuses sont surtout l’indication d’un fonctionnement altéré de l’organe en projection, cette stimulation (par toucher ponctuel tonique ou non) peut, elle-même, être modifiée quant à la perception de l’organisme suivant les horaires pendant lesquels la zone réflexe est stimulée (cf. les méridiens de la MTC).